Category: Conseils

Rentrée décalée : mode d’emploi pour se réorienter dès janvier

Rentrée décalée : mode d’emploi pour se réorienter dès janvier

De janvier à mars, de nombreuses écoles réouvrent leur portes pour accueillir les réorientation en cours d’année.

orientation universites Rentrée décalée : mode d'emploi pour se réorienter dès janvier De janvier à mars, de nombreuses écoles réouvrent leur portes pour accueillir les réorientation en cours d'année. rentree en janvier, rentree decalee, rentree janvier en ecole, rentree decalee a la fac, rentree à la fac en janvier

Consultez aussi :

De plus en plus d’écoles et d’universités proposent des rentrées décalées entre janvier et mars pour les élèves qui veulent se réorienter sans perdre toute leur année. Une tendance lourde, et pourtant peu connue du grand public : les rentrées décalées, ou secondes rentrées, offertes aujourd’hui par de nombreux établissements d’enseignement supérieur de toutes natures : universités et IUT, grandes écoles, écoles spécialisées, etc.

Nouvelle année, nouvelle vie. Après un premier trimestre à cirer sans conviction les bancs de la fac ou d’une prépa, certains étudiants ont pris une bonne et radicale résolution : tout reprendre de zéro. Quasi impossible il y a quelques années, la réorientation en cours d’année est désormais une réalité, portée par des universités et des écoles prêtes à admettre le droit à l’erreur.

Trouver sa filière en cours d’année reste « un parcours du combattant », estime-t-on au centre d’information et d’orientation (CIO) de Paris. Voici le mode d’emploi !

Où s’inscrire ?

Pour les universités « Il faut se renseigner fac par fac, car toutes ne proposent pas de passerelles, les procédures d’inscription sont assez compliquées et il y a des délais à respecter », prévient le CIO.
Pour les écoles, il en existe plus d’une soixantaine… à contacter aussi au cas par cas.
Consultez une liste ici d’écoles concernées

Quand faire la démarche ?

Le plus tôt possible, car certains établissements ouvrent les orientation à partir de fin novembre… et les places sont limitées. En janvier ou février il faut faire vite : dans la plupart des cursus, les dossiers doivent être déposés au plus tard avant la fin du mois de janvier . A l’IUT de Lyon, par exemple, les élèves ont jusqu’à mi janvier pour présenter leur candidature en DUT informatique, pour une rentrée le 1er février. A la Sorbonne-Nouvelle, la date butoir est fixée mi janvier… Du côté du privé, de plus en plus de rentrées décalées sont proposées par les écoles spécialisées d’informatique ou d’art, ainsi que dans des écoles de management comme l’INSEEC ou l’Ipag.

Combien de temps durera mon cursus ?

Dans certains cas, notamment les BTS des lycées publics, les élèves devront mettre les bouchées doubles. Ils auront un an et demi, au lieu de deux, pour préparer leur concours. Certaines écoles aménagent l’emploi du temps pour rattraper les cours manqués pendant l’été. A l’université, c’est à l’étudiant de rattraper, comme il l’entend, les cours auxquels il n’a pas assisté.

Changer de filière… ou pas ?

L’université de Cergy-Pontoise, pour sa part, a mis en place un processus en plusieurs phases pour répondre aux besoins des étudiants décrocheurs. « Le réseau d’acteurs de l’accompagnement en première année est chargé de les repérer, les écouter et apporter des éléments de réponse, expose Sabine Lepez, vice-présidente en charge de l’orientation. Nous procédons ensuite à l’analyse de leur profil, avant de leur proposer une solution. »
Béatrice Langlois, conseillère d’orientation-psychologue au CIO Médiacom, livre plusieurs recommandations : « Il est essentiel de prendre le temps de réfléchir, il ne s’agit pas de changer de filière sur un coup de tête. L’étudiant devra ensuite réfléchir à son projet, car bien souvent les candidatures impliquent une lettre de motivation. L’important est aussi de ne pas vivre cette situation comme un échec : on peut se tromper et rebondir différemment. » Béatrice Langlois conseille également de solliciter les personnes ressources, par exemple les étudiants tuteurs et les enseignants référents à l’université, ou le CPE dans le cas d’un BTS. « Des structures spécialisées sont à la disposition des jeunes, comme les CIO en dehors de l’université, ou encore les services communs universitaires d’information et d’orientation (SCUIO), complète-t-elle.

Et si je ne trouve pas de solution ?

Ceux qui n’ont pas d’idée précise pour leur poursuite d’études ou ceux qui ne trouvent pas de place peuvent aussi se tourner vers d’autres projets, hors du monde scolaire : du volontariat dans des associations ou un voyage à l’étranger pour parfaire une langue étrangère. Une autre manière de mûrir son projet, sans perdre son temps, en attendant septembre et une nouvelle rentrée des classes.

Un parcours exigeant

Vous souhaitez ne pas perdre un an… encore faut-il être prêt pour une aventure exigeante ! Bien souvent, vous devrez réaliser en un semestre ce que les autres effectuent en un an. Une forte motivation est donc indispensable. Certaines écoles comme celles du Groupe ICS (ICD, ESAM, ISCPA…) proposent un encadrement et un suivi personnalisé pour les étudiants concernés. Tout au long du programme, un tuteur les accompagne dans leur choix d’école pour suivre le rythme particulièrement soutenu.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer